Je ne pensais pas…

– Je ne pensais pas que je mettrais autant de temps à retrouver le sentiment que mon cerveau fonctionne normalement. Pendant des mois, entre la fin de ma grossesse et après l’accouchement, j’ai eu l’impression d’être dans une sorte de brouillard, où, bien malgré moi, je n’étais capable de me concentrer que sur tout ce qui avait trait à ma fille, aux enfants en général, aux mamans, à la parentalité, etc. Les nouvelles du monde, les discussions sur d’autres sujets, j’avais une peine folle à focaliser mon attention dessus. Ce n’était pas faute de le vouloir, c’est juste que je n’y arrivais pas. Et à la longue, j’avais l’impression d’être devenue bête et ennuyeuse, à parler de tétées, de dents, de portage. Et d’être devenue comme ces mamans que je ne comprenais pas – avant -, qui parlaient de leurs enfants à longueur de journée. J’ai plusieurs amies qui n’ont pas d’enfant, soit parce qu’elle n’ont pas voulu, soit parce que la vie en a décidé autrement, soit parce que ce n’est pas encore le moment pour elles, et j’ai à coeur de garder nos discussions de filles. Mais ce n’est pas facile. De ce point de vue, je suis contente d’avoir repris le travail, d’avoir des choses à raconter qui ne concernent pas ma vie de maman, et pourtant, tout m’y ramène sans arrêt. Le fait que je doive partir à 17h30 pile pour aller chercher ma mini, le fait qu’à midi, je n’ai pas le temps de faire de longue pause car sinon, je n’arrive pas à faire mes heures réglementaires, le fait que si je prends malgré tout un moment pour sortir à midi, c’est pour aller acheter du lait en poudre ou une nouvelle tétine pour le biberon, ou un stock de pampers…Ce n’est pas que ça me pèse, c’est juste qu’à tout moment, cette nouvelle identité de maman fait maintenant partie de moi, et que je dois encore l’intégrer, apprendre à véritablement me retrouver moi-même, comme femme, avec mes intérêts, mes envies, mon couple, mes amis, tout en étant en même temps maman. Ce n’est pas si simple et c’est tout un défi. Je me sens vite coupable ou égoïste, si je veux prendre un peu de temps pour moi, même si je sais bien que cela fait partie d’un équilibre. Dans le même ordre d’idée, je trouve important de garder des moments pour le couple, d’aller au restaurant, faire une balade, sans la mini, et en essayant de ne pas parler (que) d’elle.

– Je ne pensais pas non plus que j’aurais autant de peine à faire confiance à ma petite et à lâcher-prise sur certaines choses. En même temps, ce n’est pas comme si le lâcher-prise et la confiance étaient tout naturels pour moi, donc ce n’est guère surprenant. Notre thème récurrent, avec la pédiatre, c’est le poids de mini. A 6 mois, elle pesait 5,920 kg, à 7.5 mois, 6,050kg… Il y a eu une gastro-entérite et 2 dents entre deux, mais le poids stagne un peu quand même et elle est sortie de sa courbe. Malgré tout, elle est potelée, et ne semble pas maigrichonne, ce qui fait que personne ne s’alarme. Toutefois, moi, cela me prend aux tripes. Quand je vais chez la pédiatre, j’ai l’impression d’aller à un examen (ce qui ne tient pas à la pédiatre du tout, très gentille et pas du tout culpabilisante) et donc uniquement à moi. Je guette avec anxiété le poids qui s’affiche sur la balance. Probablement que c’est une petite mangeuse, peut-être que mon lait n’était plus assez nourrissant, peut-être qu’elle suce tout simplement son pouce en attendant le prochain repas plutôt que de réclamer si elle a faim, le principal est qu’elle est vive, curieuse et magnifique, évidemment…Moi aussi, si l’on regarde mon BMI, je suis plutôt dans la catégorie « sous-alimentée » et pourtant je suis en bonne santé. Alors pourquoi est-ce que je n’arrive pas à juste laisser tomber lorsqu’elle ne veut plus ou pas manger ? Est-ce que moi, quelqu’un essaie de m’enfiler une cuillère dans la bouche quand je n’ai plus faim sous prétexte que je ne suis pas très épaisse ??? Je pense qu’au fond, il y a cette inquiétude, toujours prête à refaire surface, que quelque chose n’aille pas et, encore plus loin, plus au fond, mais bien là quand même, l’angoisse qu’elle ait quelque chose de grave et qu’on me la reprenne. Et cette angoisse-là, il va falloir apprendre à vivre avec.

Un jour, bien avant de penser à avoir des enfants, j’avais noté cette phrase : « être parent, c’est accepter que notre coeur se trouve hors de notre corps pour toujours ».

(édit de 3 semaines plus tard – car j’écris souvent en plusieurs étapes : mini a pris 400 g en 1 mois, on frôle les 6.5kg…).

 

 

 

Cet article, publié dans les peurs, Uncategorized, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Je ne pensais pas…

  1. gvalerie1981 dit :

    Ahhhhh l’alimentation et les prises de poids…. on pourrait écrire des livres entier là dessus… (d’ailleurs mon blog ne parle plus que de ça depuis 9 mois)… Comme tu le dis si justement, on a cette peur que si bébé ne mange pas, c’est qu’on peut lui trouver quelque chose de grave… Il faut qu’on apprenne à lacher prise… Mouais… pas si facile. Bravo pour les 400g en tout cas!

  2. line mary dit :

    J’ai l’impression, comme tu le décris si bien dans ton billet d’être aussi dans une bulle depuis l’accouchement.. Je n’arrive pas à m’intéresser à autre chose qu’à mon fils ( moi qui disait que je ne serai jamais comme les autres mamans quand j’aurai un bébé !!! ), à l’allaitement, à savoir si il va bien, si il a pris du poids, si il est en bonne santé… ayant vécu 2 fausses-couches,j’ai tellement peur qu’il lui arrive quelque chose… je pense que si je continue et persévère l’allaitement c’est pour lui donner le mieux, mais pour retrouver un certain équilibre général, je pense que je vais devoir penser au sevrage. je comprends parfaitement ton billet. bisous

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s