St-Valentin

Oui, c’est un peu tard pour parler de la St-Valentin, mais c’est qu’elle a été bien particulière.  Ou plutôt, terrifiante. Je n’en suis pas encore remise, d’où le temps mis à revenir ici, tout simplement parce que je ne savais plus si ce qui était vrai à un certain moment, le serait encore quelques heures plus tard. Soit-dit en passant, je ne le sais toujours pas et c’est bien là mon angoisse.

La bonne nouvelle : le 14 février, le haricot mesurait 5 mm et son coeur battait. tout comme il faut. Ce n’était pas prévu que nous puissions déjà le revoir, mais il faut croire qu’il avait envie de nous montrer qu’il grandissait bien.

Le 14 février, je suis partie au travail. A midi, mes collègues devaient aller manger et moi j’ai pretexté le traitement médical en cours pour ne pas me joindre à eux, en fait, juste impossible d’imaginer manger chinois sans avoir la nausée ce jour-là  (mon chef est au courant qu’on est suivis, mais mes collègues ont la version « traitement médical » pour expliquer les jours isolés d’absence). Me voilà donc toute seule et avant de faire ma pause déjeuner, je passe aux toilettes (vous avez remarqué comme les toilettes sont un lieu très très souvent fréquenté, cité, en PMA ?). Et là, le choc total. Du sang, rouge vif, et pas qu’un peu. Et, désolée pour les détails, âmes sensibles passez plus loin, un truc comme une grosse peau ou une membrane, que je sens glisser et tomber dans la cuvette. Et là, forcément, qu’est-ce que je me dis… c’est fini. Il est parti. Pour moi, c’était évident, vu tout ce sang, et le reste.

Comme un zombie, je reviens à mon bureau, j’envoie un mail à mon chef pour dire que je ne me sens pas bien et que je rentre, j’éteins mon ordinateur en tremblant. J’appelle Monsieur Myrtilles (je me sens encore plus mal de devoir lui annoncer cela), je lui dis « je perds plein de sang, c’est fini, je rentre à la maison ». Il encaisse le coup, me rappelle 2 minutes après et me dit qu’il rentre aussi. J’ai 20 minutes de voiture à faire, je n’arrive même pas à pleurer. Nous arrivons à la maison en même temps et là, c’est lui qui fond en larmes. Il n’a jamais pleuré devant moi pour les pertes que nous avons vécues alors là, je crois que c’était encore plus dur que tout, de le voir pleurer.

Il me dit qu’il faut appeler la Dresse optimiste, moi je ne vois même pas pourquoi, je veux juste rester à la maison et attendre que ce soit fini. C’est donc lui qui appelle, elle nous dit d’aller faire un ultrason, qu’il faut voir ce qui s’est passé. S’il faut passer par là, allons-y, juste pour que l’on nous dise qu’il n’y a plus rien, je suis très cynique.

Dans la salle d’attente, forcément débarque la femme enceinte indispensable à ce genre de scénarios. Heureusement, un petit malentendu nous fait sourire, Monsieur Myrtilles et moi : il me dit « bon, je pense que je vais devoir garder ma poubelle ». Moi, dotée d’une grande estime de moi-même, je lui réponds « mais oui, bien sûr, tu vas devoir me garder quand même ». Et lui : « mais non, je ne parlais pas de toi, je pensais à ma voiture… ». Hum, sans commentaire.

Finalement, on nous fait entrer chez la gynéco de garde, qui refait notre histoire « ah, je vois que vous avez déjà fait 3 fausses-couches »…. « oui, enfin, on pourrait dire aussi pour être exacts « une grossesse non évolutive, une grossesse biochimique, et une fausse-couche, il paraît que ce n’est pas pareil… ». Mais je dis juste, « oui, je tombe enceinte facilement, mais ça ne tient jamais ».

Elle me fait m’asseoir sur la chaise que trop bien connue, prépare son matériel, regarde le col, qui est fermé. Elle voit bien du sang, mais un peu. Elle fait finalement l’échographie et là, à notre effarement, on le voit tout de suite. Et on voit son coeur battre. Incroyable. Il est toujours là. Il a grandi comme il fallait, on ne voit rien dans l’utérus qui peut expliquer ce saignement. Cela arrive, Madame. Et le pronostic pour la suite, alors ?

Il semblerait que tout peut encore arriver, le fait qu’il soit là en ayant bien évolué est un bon signe, mais si les saignements se poursuivent, cela peut aussi lui nuire. Ben voyons.

Résultat : arrêt de travail jusqu’à la prochaine échographie avec la Dresse optimiste, le 21. Arrêt de travail qui d’un côté m’arrange, car je suis hypersensible, sur les dents, fatiguée et très angoissée, et de l’autre, je sais que ce n’est pas bon pour moi d’être seule, centrée sur mes sensations, mes symptômes qui ne sont jamais pareils d’un jour à l’autre, toujours phobique de la culotte.

Et de plus, je dois informer mon chef, et comme je ne veux pas inventer n’importe quoi, sur quoi je devrais éventuellement broder si l’arrêt se prolonge, je lui dis la vérité. Super à l’aise. Mais bon, c’est le moindre de mes soucis en ce moment.

Les saignements quant à eux sont partis comme ils sont venus, je n’ai jamais eu de douleurs ou de crampes (du moins pas plus que d’habitude, c’est à dire légères et passagères).

Et moi je m’interroge… je n’étais déjà pas zen avant (disons à 4-5 sur une échelle de 1 à 10), maintenant, j’ai rétrogradé à 2, je pense.  Et on nous dit que le stress est mauvais pour le haricot.

La réalité, c’est que l’on ne peut rien faire, sauf attendre. Attendre que les semaines passent et, espérons-le, contribuent à nous rassurer peu à peu. Se dire que ce qui doit arriver, arrivera. Prendre les petits plaisirs là où ils sont. Essayer de lui faire confiance, au haricot (à défaut de faire confiance à mon corps).

S’il te plaît, accroche-toi.

Publicités
Cet article, publié dans Espoir, l'impuissance, les peurs, Uncategorized, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

21 commentaires pour St-Valentin

  1. Et bien on peut dire que ton article m’aura tenu en haleine… ouf, cela se termine bien.
    Même si j’imagine ton stress et tout ce qui doit te passer par la tête.
    Je vais croiser croiser croiser avec toi pour que ce petit grain de riz s’accroche.
    Je t’embrasse

  2. impatiente75 dit :

    Quel stress !!!! Mais heureuse de lire que tout va bien. Prends bien soin de toi. Chaque jour est une victoire, un pas !!! Courage !

  3. Je pense très très fort à toi et au petit haricot. J’espère que cette frousse ne sera plus bientôt qu’un mauvais souvenir. Tenez bon tous les deux!
    Bises

  4. Hmmm, pas sympa du tout la perte d’un caillot de sang aux toilettes… Mais si tu n’as pas eu de saignements depuis, tu n’as pas à t’inquiéter : ce sont les saignements continus qui sont très mauvais signe, qu’ils soient abondants ou pas (j’ai connu les deux cas de figure). Bon, plus facile à dire qu’à faire… ! Répète-toi que tout va bien ! Ton haricot fait son nid.

  5. dit :

    Allez, on est là pour papotter avec toi et te passer le temps 😉
    prends soin de toi!
    bises

    • 1000myrtilles dit :

      Merci Cé, c’est vrai que le temps passe long ! ll faudrait que je me remette à mes loisirs créatifs (oh, je suis très loin de toi, par contre), car ça aide à penser à autre chose !

  6. Kaymet dit :

    Oh que ça a dû être dur! Et que l’attente doit te sembler interminable… Ne te mine pas à cause du stress. De toute façon, tu n’y peux rien, tu ne peux pas d’interdire de stresser, et n’importe qui dans ta situation réagirait pareil. Ton petit haricot est là, il a l’air vraiment bien accroché. C’est ça qui est important.
    Je t’envoie plein de courage et tout plein de bonnes ondes.
    Bises

  7. marinette1974 dit :

    J’imagine ce que tu as dû ressentir dans ces toilettes. Ce repos va te faire du bien. Bon courage ma belle

  8. Mastacloue dit :

    Ouf, tant mieux si c’était passager. Cé a raison: on est là pour destresser et papoter! Courage et repose toi bien.Bises

  9. Marie dit :

    Aïe! J’aurais complètement paniqué, je t’admire d’avoir pu comme ça faire le chemin jusqu’à chez toi. Que l’arrêt te soit bénéfique et qu’il laisse le temps au haricot de pousser juste ce qu’il faut pour se renforcer et ne plus te faire de telles frayeurs. Toutes mes pensées.

  10. madamepimpin dit :

    Ma petite myrtille, quelle peur tu dois avoir… Mais pour le moment tout va bien. Et je voulais aussi te dire que ma soeur pour son premier, elle a beaucoup saigné les trois premiers moi. et maintenant, c’est mon turbulent petit filleul. Alors surtout du repos, mais j’espère que ça pourra te rassurer un tout petit peu.
    Des gros bisous

    • 1000myrtilles dit :

      Merci Madame Pimpin ! Oui, je viens d’apprendre que ma belle-soeur avait aussi eu des saignements assez importants pour mes deux neveux… apparemment, c’est quand même assez fréquent, mais sur le moment, impossible de rester rationnelle, impossible. Bisous

  11. Fouhhhhhhhhhhh. La frayeur. Les émotions. Fffffffffffffffffffffff. Ce sont des sacrées épreuves, ça.
    Irouwen a eu aussi beaucoup de pertes les premiers mois. Aujourd’hui elle est maman de 2 très beaux bébés… Pour tenter de te rassurer peut-être…

    Plein de douces pensées p’tite Myrtille. Tiens bon p’tit haricot. Tu es déjà si… précieux, exceptionnel, aimé, adoré, chéri… Tiens bon p’tit haricot.

    • 1000myrtilles dit :

      Merci pour tes pensées Biscotte, ça fait du bien. Précieux, c’est le mot, effectivement. Mais je n’ose pas encore l’utiliser moi-même. Je vais aller faire un tour chez Irouwen, que je ne connais pas. Bises

  12. Quelle peur… C’est pas malin petit haricot de faire peur comme ça à ta maman… Oh, du calme et du repos maintenant. J’espère que tu vas mieux, que la frayeur s’estompe, et que tout va bien… Bises

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s