Etat des lieux

A Noël, j’ai reçu un calendrier, qui comporte pour chaque jour une citation. Pour ce premier jour de l’an, la voici :

Accueille cette nouvelle année avec confiance et sans idées préconçues. Ainsi, elle sera déjà à moitié ton amieNovalis (poète et romancier allemand, dixit Wikipédia, je ne connaissais pas).

Pour moi, en relisant mon billet précédant, cela s’avère loin d’être évident. Je ne suis pas dans une bonne phase en ce moment, ma confiance est bien ébranlée, même s’il y a encore 3 semaines et malgré une 3ème fausse-couche, je parvenais à voir les choses autrement.

A ce moment-là, nous sortions de notre rendez-vous dans un 2ème centre de PMA. La Dresse qui nous a reçus a pris une bonne heure avec nous. Elle n’a pas semblé aussi alarmée par mon taux d’AMH que le précédent médecin qui nous dirigeait directement vers la FIV. Elle nous a précisé que le corps médical était en train de se rendre compte que les valeurs avec les nouvelles méthodes de test étaient systématiquement plus basses qu’avant chez toutes les femmes. Il semblerait donc selon elle que les repères doivent être revus. Elle nous a dit : « j’ai devant moi un couple avec une fertilité tout à fait normale » (par rapport aux 3 débuts de grossesse en 14 mois). Elle ne nous propose pas la FIV, elle veut commencer tout de suite en suivant l’évolution du cycle avec ultrason, pour contrôler le moment et la qualité de l’ovulation. Elle soutiendrait ensuite la 2ème partie du cycle avec de la progésterone. De plus, elle m’a tout de suite prescrit de la Levothyroxine, pour traiter une hypothyroïdie subclinique (subclinique voulant dire qu’aucun traitement ne serait nécessaire s’il n’y avait pas le projet de grossesse. Apparemment, dans ces cas-là, l’absence de traitement pourrait augmenter le risque de fausses-couches…). Avec la 3ème fausse-couche, elle va aussi demander les caryotypes + d’autres analyses plus poussées.

Pas d’effets secondaires de la Levothyroxine, si ce n’est un sommeil de très mauvaise qualité : en gros, j’ai l’impression d’être dopée, comme si je buvais du café (je n’en bois jamais). Et je n’arrive pas à m’endormir. Donc je réfléchis, donc je fréquente un peu (trop) mon pote Google et du coup, toutes ces nouvelles qui pourraient nous redonner confiance sont diluées dans le résultat de mes recherches sur internet :

  • 1% des couples feraient des fausses-couches à répétition (soit plus de 2).
  • après 3 fausses-couches, le risque d’en refaire est accru (tiens donc…).
  • AMH en dessous de 4 pmol/l (c’est mon cas) : grossesse évolutive impossible (?). Le point d’interrogation n’est pas de moi, je précise.  Dans ce cas-là, don d’ovocytes ? mais serions-nous prêts à cela ?

Ces 3 points résument en gros mon état d’esprit. Et je sais, je sais que je dois arrêter de me faire du mal à lire 10 fois, 20 fois, les mêmes statistiques et témoignages.

En raison de mon humeur massacrante et proche des larmes, nous avons décidé de passer Nouvel-An en petit comité avec des connaissances, sans enfants,  et non avec nos familles, où il y en aurait eu des deux côtés (des enfants, donc). Nous avons bien mangé, puis fait des jeux avec de bons rires, qui nous ont changé les idées.

Et ce matin, j’ai pu avoir un échange écrit avec mon amie en début de grossesse, qui demandait quand nous pouvions nous voir. Je lui ai expliqué qu’autant j’étais contente pour elle et désireuse de suivre sa grossesse et son vécu, autant il ne m’était juste pas possible de la voir. C’est étrange, mais c’est ainsi. Je ne me suis pas sentie très fière de moi de lui avouer cela, mais elle a compris et m’a demandé de ne pas me sentir coupable. Je suis soulagée, à la fois de m’être écoutée et de sa réaction. Je suis d’habitude assez résistante et je peux donner le change assez longtemps, mais dans cette situation, j’ai instantanément l’image d’un nouveau train qui part, et moi qui reste une fois de plus sur le quai.

Voilà, j’attends donc J1 pour appeler comme prévu la Dresse et agender l’ultrason dans les 10-12 jours. Je suis à J29 et je saurais gré à ce cycle de ne pas jouer avec mes nerfs (plutôt à vif). Sachant qu’il s’agit du cycle après la fausse-couche, il est forcément déréglé, de toute façon mon visage ressemble à une calculatrice tellement j’ai de boutons, j’ai des crampes épisodiques depuis 6-7 jours déjà et en plus, mes seins sont mous comme le panettone que je vais aller manger maintenant, avec un bon thé.

Vous savez tout ! Et vous, comment débute cette année ?

 

 

Cet article, publié dans Examens et RV, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Etat des lieux

  1. Penelope6 dit :

    Je te souhaite beaucoup de courage pour la suite et je te dis « bravo » pour avoir avouer à ton amie les raisons pour lesquelles tu ne pouvais la voir. Nous sommes toutes dans le même cas, nous avons tendances à nous isoler et c’est tout à fait normal.
    Bonne chance à toi et que 2013 te redonne ton vrai sourire.
    Bises

    • 1000myrtilles dit :

      Merci pour ton message ! Oui, on s’isole. Comme je l’ai écrit, je ne suis pas très fière d’en être arrivée là par rapport à cette amie. Peut-être devrais-je prendre sur moi davantage. Mais je l’ai fait toute l’année passée avec les grossesses qui s’enchaînaient chez les autres et là, je n’en peux juste plus. J’essaie de me dire que parfois, il faut s’écouter aussi. Pour le moment du moins !

  2. dit :

    j’allais écrire la même chose que Pénélope. Bravo pour avoir réussi à dire ton ressenti à ton amie, et pour t’être « écoutée ». Je te souhaite le meilleur pour 2013.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s